Logo Kanton Bern / Canton de BerneDirection de la santé, des affaires sociales et de l’intégration
  • de
  • fr

COVID-19 06/2022

L’infolettre du Service du médecin cantonal (SMC) du 31 mars 2022 traitait notamment des affections post-COVID-19. Nous avons reçu quelques échos et complétons volontiers ces récentes informations en mentionnant deux centres de consultation bernois spécialisés dans ce domaine.

Clinique médicale de l’hôpital de Thoune : consultation interdisciplinaire sur le COVID long.

Dans un premier temps, une personne adressée par son médecin y est examinée par les internistes du centre de soins ambulatoires ; en cas de besoin, dans un second temps, elle subit des examens plus spécifiques effectués par des spécialistes (en pneumologie, cardiologie, neurologie, psychiatrie, infectiologie et physiothérapie).

  • Inscription : par courrier ou courriel (longcovid@spitalstsag.ch) au centre de soins ambulatoires
  • Renseignements par téléphone : 058 636 24 60
  • Questions d’ordre médical : Dr med. Marc Bigler, médecin-cadre

Unité d’infectiologie pédiatrique de l’Hôpital de l’Ile : au sein de la clinique pédiatrique universitaire, cette unité propose une consultation et une thérapie aux enfants et adolescent·e·s jusqu’à l’âge de 16 ans adressé·e·s par leur médecin en raison de symptômes de COVID long.

  • Inscription en ligne : Kinderklinik, ambulante Behandlung - Inselspital - Universitätsspital Bern

Recommandations actualisées concernant l’utilisation de Veklury® (Remdesivir)

La liste de critères établie par la Société suisse d’infectiologie (SSI) et le Clinical Care Group (CCG) en vue de l’utilisation de virostatiques à action directe comme possible thérapie précoce contre le COVID-19 a été mise à jour.

Comme ce traitement ne reste pour l’heure disponible que dans certains centres du canton, c’est avant tout la nouveauté suivante qui est pertinente pour les médecins référents : Veklury® (Remdesivir) est désormais aussi recommandé à la patientèle ne requérant pas un apport en oxygène, et ce en guise d’alternative au traitement ambulatoire. Comme cette indication n’a pas encore été autorisée par Swissmedic, la Confédération prend en charge les frais de cette thérapie jusqu’à son admission et son inscription dans la liste des spécialités.

Partager