Logo Kanton Bern / Canton de BerneDirection de la santé, des affaires sociales et de l’intégration
  • de
  • fr

Infolettre du Service du médecin cantonal - COVID-19 20/2021

1. Nouvelle recommandation : administration du rappel quatre mois après la primovaccination

Il a été constaté que la protection vaccinale contre une infection symptomatique par le variant Delta baisse quelques mois seulement après la primovaccination. En outre, en l’état des connaissances actuelles, il semble que la protection vaccinale contre le variant Omicron diminue plus rapidement et est plus fortement marquée par rapport aux autres variants. La Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) recommande par conséquent d’administrer une dose de rappel quatre mois seulement après la primovaccination, soit en dehors du cadre approuvé par Swissmedic (recommandation off-label). Selon les dernières informations, l’administration d’une dose de rappel augmente substantiellement – du moins dans un premier temps – la protection vaccinale contre une infection symptomatique par le variant Omicron également.

Groupes cibles
La vaccination de rappel reste recommandée pour les groupes suivants :

  • Personnes âgées de 65 ans ou plus
    La vaccination de rappel est recommandée en priorité à ce groupe de personnes qui, après une vaccination complète, présentent à nouveau un risque accru de forme grave de COVID-19 et d’hospitalisation en raison de la baisse de la protection vaccinale individuelle.
  • Personnes âgées de 16 à 64 ans
    La vaccination de rappel est également recommandée aux personnes qui disposent encore d’une bonne protection contre les formes graves de la maladie et les hospitalisations : d’une part, elle les protège contre les infections ainsi que contre les formes bénignes et leurs conséquences potentielles et, d’autre part, elle contribue à diminuer la circulation du virus.

La vaccination de rappel n’est pas recommandée pour le groupe suivant :

  • Personnes âgées de 5 à 15 ans

1.2 Situations particulières
Vaccinations de rappel suite à une infection avérée au SARS-CoV-2

  • Si une personne est malade du COVID-19 de manière avérée moins de 4 mois après sa primovaccination, il est recommandé de lui administrer le rappel au plus tôt 4 mois après l’infection.
  • Si l’infection se produit plus de 4 mois après la primovaccination, elle tient lieu de rappel. Dans un premier temps, il n’est donc pas recommandé d’administrer une dose de rappel. Les personnes particulièrement vulnérables ou exposées (p. ex. personnel de santé) constituent une exception et peuvent au cas par cas recevoir un rappel vaccinal, pour autant que l’infection remonte à 4 mois au moins. En effet, le risque que ces personnes soient contaminées par le variant Omicron malgré leur couverture vaccinale est fortement réduit juste après la vaccination de rappel en raison du taux particulièrement élevé d’anticorps neutralisants.

Personnes présentant une immunodéficience sévère

  • Au vu de la forte propagation attendue du variant Omicron et de la vulnérabilité des personnes présentant une immunodéficience sévère, il est recommandé à ces personnes – qui ont déjà reçu trois doses d’un vaccin ARNm dans le cadre de la primovaccination – de se faire administrer le rappel au plus tôt 4 mois après la dernière dose (recommandation hors indication de Swissmedic).

Primovaccination avec d’autres vaccins

  • Il est recommandé aux personnes qui ont reçu il y a 4 mois au moins une dose de COVID-19 Vaccine Janssen® de se faire administrer à titre de rappel vaccinal une dose de vaccin à ARNm (recommandation hors indication de Swissmedic).
  • Pour les personnes dont la primovaccination a été effectuée avec un vaccin non autorisé en Suisse, il est recommandé de se faire administrer un vaccin à ARNm à titre de rappel vaccinal au plus tôt 4 mois après la dernière dose (voir point 4).
    Cette recommandation s’applique également à celles qui ont reçu différents vaccins dans le cadre de la primovaccination.

Vaccination de rappel hétérologue

  • En principe, le rappel doit être si possible effectué avec le vaccin à ARNm utilisé pour la primovaccination, mais conformément aux recommandations de la CFV, d’autres vaccins à ARNm peuvent aussi être employés. L’utilisation d’un vaccin hétérologue pour le rappel est conforme aux recommandations de la CFV, mais elle est hors indication Swissmedic.

Les nouvelles recommandations de la CFV concernant la vaccination de rappel sont disponibles à cette adresse :

  • Recommandations relatives à la vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm

2. Vaccination contre le COVID-19 pour les enfants âgés de 5 à 11 ans

La vaccination est désormais autorisée pour les enfants âgés de 5 à 11 ans. La CFV a adapté ses recommandations en conséquence :

Seule la formulation pédiatrique de Comirnaty® (0,2 ml 10 μg) autorisée par Swissmedic peut être utilisée pour vacciner les enfants âgés de 5 à 11 ans.

La vaccination contre le coronavirus est recommandée aux enfants âgés de 5 à 11 ans dont les parents ou la représentation légale considèrent que le bénéfice potentiel de la vaccination pour l’enfant l’emporte sur les risques.

Les recommandations de la CFV s’appliquent tout particulièrement aux enfants âgés de 5 à 11 ans qui :

a) souffrent d’une maladie chronique qui affecte déjà considérablement leur état de santé et doivent éviter toute infection ou maladie supplémentaire ;

b) sont en contact étroit avec des personnes qui ne sont pas suffisamment protégées par la vaccination en raison, par exemple, d’une immunodéficience (notamment en partageant le même ménage).

Il est recommandé que les enfants âgés de 5 à 11 ans ayant contracté le SARS-CoV-2 de manière avérée reçoivent une seule dose de vaccin s’ils appartiennent aux groupes a) et b) ci-dessus. Dans ce cas, le vaccin doit leur être administré au plus tôt 4 semaines après le test PCR positif, le test antigénique rapide positif ou le test d'anticorps positif. Les enfants qui n’appartiennent pas à l’un de ces deux groupes et ont déjà été infectés par le COVID-19 de manière avérée ne doivent pas se faire vacciner.

Conformément au schéma vaccinal, il est recommandé que les enfants présentant une forte immunodéficience effectuent une sérologie après la deuxième dose pour évaluer si une troisième s’impose. Conformément aux recommandations, les coûts du test de détection des anticorps contre le SARS-CoV-2 sont pris en charge uniquement dans ce cas.

Une pesée des avantages et des risques doit être effectuée pour les enfants âgés de 5 à 11 ans (point 9.2 des recommandations de la CFV).

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la CFV ont publié en complément aux recommandations de vaccination le document suivant, dans lequel vous trouverez les dernières connaissances scientifiques sur l’impact des mesures adoptées pour lutter contre coronavirus sur les enfants :

3. Vaccination des enfants dans le canton de Berne à partir de janvier 2022

Les vaccinations sans rendez-vous ne sont pas possibles pour les enfants. Il faut les enregistrer préalablement dans VacMe. Les parents peuvent donc dès à présent se préparer en créant un compte sur la plateforme cantonale. Leurs enfants seront ensuite assignés au groupe de vaccination T.
Pas encore disponible en Suisse à l’heure actuelle, le vaccin devrait être livré fin décembre ou début janvier 2022. Dès sa réception effective par le canton de Berne, des créneaux seront ouverts dans les centres de vaccination réservés aux moins de 12 ans à l’Hôpital de l’Île de Berne, à Bienne et à Thoune. Afin de faciliter l’organisation pour les familles avec plusieurs enfants, il sera possible de faire vacciner deux enfants âgés de 5 à 11 ans de la même famille par créneau réservé.

4. Recommandations pour les personnes qui ont reçu un vaccin contre le COVID-19 non autorisé en Suisse dans le cadre de la primovaccination

Primovaccination : il est recommandé aux personnes âgées de 16 ans ou plus qui ont été vaccinées avec un vaccin disponible à l’étranger, mais non autorisé en Suisse, de compléter leur primovaccination en se faisant administrer 1 ou 2 doses d’un vaccin à ARNm (Comirnaty® ou Spikevax®) avec un intervalle minimal de 28 jours par rapport à la dernière dose. Il convient de tenir compte des données connues sur l’efficacité de chaque vaccin et du nombre de doses déjà reçues.

Pour les vaccins avec des données de phase III (voir lien ci-dessous vers le tableau récapitulatif), les recommandations sont les suivantes :

  • Vaccination incomplète (1 dose sur 2) : 1 dose d’un vaccin à ARNm
  • Vaccination complète (2 de 2) ou 2/3 : 0 à 1 dose d’un vaccin à ARNm en fonction de l’efficacité par vaccin (voir la dernière colonne dans le tableau récapitulatif), en cas de vaccination 3 de 3 (3/3), pas de vaccination supplémentaire.

Pour les vaccins sans données de phase III disponibles ou publiées (voir lien ci-dessous vers le tableau récapitulatif), les recommandations sont les suivantes :

  • Vaccination incomplète (1/2) : 2 doses d’un vaccin à ARNm
  • Vaccination complète (2/2) ou 2/3 : 1 dose d’un vaccin à ARNm ; en cas de vaccination 3/3, pas de dose supplémentaire.

Cette recommandation s’applique également aux personnes dont la primovaccination a été effectuée à l’étranger avec différents vaccins contre le COVID-19 (schéma de vaccination hétérologue).

Vaccination de rappel : un rappel vaccinal est recommandé aux personnes âgées de 16 ans ou plus dont la primovaccination a été effectuée avec un vaccin non autorisé en Suisse. Le rappel doit être administré au plus tôt 4 mois après la dernière dose de vaccin contre le COVID-19. Pour l’heure, les personnes qui ont reçu 4 doses de vaccin contre le COVID-19 ne doivent pas se faire administrer un rappel vaccinal.

De plus amples informations sur les rappels vaccinaux se trouvent dans les recommandations relatives à la vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm

Vous trouverez les versions mises à jour des recommandations relatives à la vaccination avec un vaccin à ARNm de la CFV à l’adresse suivante :

24.12.2021/SMC

Partager